Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aurélie LAUMONT

Aurélie LAUMONT

Blog d'une étalonneuse numérique


CST : 2ème journée des techniques de la Production et de la Post-Production

Publié par Aurélie LAUMONT sur 27 Novembre 2008, 19:26pm

Catégories : #Actu



"TENDANCES DE LA CHAINE TECHNIQUE DE PRODUCTION : 
LES WORKFLOWS"






     Voici un petit compte rendu de ces 2èmes rencontres techniques organisée par la Commission Supérieure Technique de l'image et du son, tous les corps de métiers du cinéma sont représentés et réunis à l'Espace Pierre Cardin pour une journée entière de table ronde.

      

 

     Je me suis aperçue ne pas être la seule à me poser des questions sur le numérique, et honnêtement, presque tout le monde est dans le flou... tellement les technologies évoluent rapidement ! et aussi parce que de nouveaux métiers sont dédiés à ces technologies.

      

 

     J'ai suivi 5 conférences sur cette mutation numérique, où les inquiétudes de chacun ont été évoquées, et des pistes de solutions amorcées vers une réorganisation des corps de métiers et de la post production numérique...


 




CONFERENCE 1 : TENDANCES DES WORKFLOWS


Avec Thierry Beaumel (Eclair), Siegfried Foessel (Fraunhofer Institut), Franck Montagné (directeur de post-production), Patrick Leplat (Panavision), Angelo Cosimano (Digimage).



Le "workflow" est le flux dans lequel on travaille, la chaîne technique de travail. Il n'existe pas un seul workflow, ni un meilleur que d'autre, chaque projet est différent. Contrairement à la pellicule, nous avons plus de choix à faire dans cette chaîne technique.


Pilier central du tournage : la caméra, que l'on choisit parmi 4 catégories, en fonction de son codec et de son espace disque :

          > La HD entrée de gamme et compacte : HDV

          > La HD polyvalente professionnelle : HDCAM et DVC Pro HD

          > La HD peu compressée : HDCAM SR, HD-D5

          > La captation numérique avec enregistrement Data 2K & 4K




Après la question du choix du support de captation, et intrinsèquement l'interface d'acquisition, vient celui de la station de montage, Avid ou Final Cut.

Quel archivage ? Une nouvelle question, puisqu'auparavant c'était le labo qui se chargeait de stocker les négatifs jusqu'au montage.

Et quel support pour le Master ??



 


Aujourd'hui, nous devons nous poser de nouvelles questions :

 

          - Gestion des médias : qui le fait ? quand ? sur quoi ? comment, par quelle méthode ? conversion des images ? quels codecs ? des copies pour le chef opérateur ou la prod ? quel contrôle ? sécurisation minimum pour les assurances ?

          - Archivage

          - Monitoring : LUT d'affichage sur le lieu de tournage ? Système de pré-visualisation de l'étalonnage des rushes (puis stockée en métadonnées) 


 


Certes, le numérique existe pour des raisons économiques, mais attention aux métiers que l'on supprime, on peut parler de redistribution des cartes des métiers du cinéma et de nouveaux métiers. Les tâches avant attribuées au labo ne sont pas à négliger, car si ces métiers existent depuis  100 ans, peut-être pouvons-nous nous poser la question de : Pourquoi ?...


Aussi, la puissance des caméras évolue sans cesse, et il y aura bientôt un problème d'évolution des capacités de stockage qui ne vont pas suivre aussi vite...    ??




Il est maintenant évident que le numérique nous offre plus de libertés, en ce sens que l'on peut modifier des choses jusqu'au dernier moment, mais attention à ce CHOIX qui est de plus en plus repoussé, alors n'ayons plus peur de faire des choix et créons ! La problématique du numérique est de trouver un compromis entre souplesse et choix. N'oublions pas que toutes ces transformations de dernière minute ont aussi un coût...  ;)



Site officiel de Franck Montagné (consultant) :

http://www.imagemagie.com






CONFÉRENCE 2 : MÉTADONNÉES TECHNIQUES ET SÉMANTIQUES


Avec Thierry Beaumel, Siegfried Foessel, et Benoît Février (Opencube)



 

Les métadonnées véhiculent des informations sur l'image (ou le son) d'une étape vers une autre, comme par exemple des settings d'exposition, d'étalonnage, de mise au point, un numéro de caméra, etc...


Ces données sont le plus souvent perdues ou non exploitées. Chaque fabriquant instaure les siennes, et des efforts sont faits aujourd'hui afin de les standardiser, notamment Dolby qui se penche dessus.

 


Les métadatas peuvent assurer l'interopérabilité entre un système A et un système B, elles pourraient offrir une rentabilité et un réel gain de temps. Par exemple, les fichiers MXF d'un film sont envoyés dans les salles de cinéma numériques en Jpeg2000 avec des métadatas techniques et descriptives, comme son format... ce qui pourrait garantir la projection du film dans son format d'origine !




 


CONFÉRENCE 3 : QUEL DIALOGUE POSSIBLE ENTRE TOURNAGE ET POST-PROD ?


Avec Rip Hampton O'Neil (CST), et Patrick Leplat.



Quelques systèmes d'étalonnage arrivent sur le marché proposant de régler l'image des rushes en DI, de transmettre ces images au montage Off-line, et une fois la conformation du film terminée, de retrouver ces valeurs d'étalonnage des rushes comme base de travail pour l'étalonnage numérique. Cela nous assure une véritable continuité des images dans le workflow.


C'est le cas de DIGITAL VISION et de PANAVISION par exemple.

 






CONFÉRENCE 4 : SÉCURISATION DES DONNÉES - ASSURANCES


Avec Argan Le Hir (CINÉO), François Lamotte (dir. de production), Romain Geller (Expert en assurances), Jean charles FOUCHÉ (consultant HD, formateur), Thierry Cavaillo (assistant réalisateur).



Tout le monde était d'accord sur le fait qu'il manque un cadre sérieux pour le numérique aujourd'hui, et qu'avec une telle gestion du process, nous courrons à la catastrophe.


"Arrêtons de faire des films comme si on faisait un film de mariage !" a lancé une personne dans la salle, et illustre très bien l'amalgame général dans l'idée que le numérique est ouvert et accessible à tous. Gardons des méthodes de travail professionnelles !


 



On a rappellé l'importance des essais caméras, tout comme en pellicule, éléments obligatoires pour les assureurs en cas de sinistre, seule preuve que la caméra n'était pas défectueuse avant le tournage.


Le déchargement des rushes le soir sur un tournage fût également soulevé  : la copie du disque est très souvent réalisée par le 2ème assistant opérateur après sa journée de travail ; or ce n'est pas son rôle. Cette opération prend du temps et doit être encadrée par quelqu'un qui doit aussi vérifier les images, au minimum la qualité de la copie de disque à disque... Il n'y a pas suffisamment de sécurité de ces données, personne n'est à l'abri d'un problème de disque dur...



Des idées ont été émises sur :


          - la création d'un poste pour la gestion des données sur le tournage (pourquoi pas l'assistant monteur ? ou un étalonneur ?...), afin de ne pas passer plus de temps à vérifier nos plans sur le plateau plutôt qu'à les faire...

          - l'existence d'un disque dur "coffre-fort", qui stockerait les données et qui ne ferait que cela.

          - un ordinateur attitré à cette fonction (et non plus l'ordinateur personnel de l'assistant, sans doute contaminé par des virus s'il s'est connecté à internet...). 





CONFÉRENCE 5 : LE CHOIX ÉCONOMIQUE EST-IL UN CHOIX ESTHÉTIQUE ?


Avec Laurant Hébert (CST), François Margolin (réalisateur), Eric Guichard (chef opérateur), Tomaso Vergalo (Digimage).



Avant, le choix entre le 35mm et le S16 se faisait le plus souvent par le réalisateur ; aujourd'hui, le choix est économique. Les budgets des films sont de plus en plus serrés et l'écart se creuse entre les différents types de production, les relations entre la production, la réalisation, et la post- production changent.



Eric Guichard nous a rappelé que le chef opérateur était un interlocuteur qui arrivait tôt dans un projet, parfois même dès l'écriture, chose qui se perd aujourd'hui. On confond l'outil et le choix esthétique, c'est la caméra qui fabrique l'image, quelle place pour le chef opérateur ? 



Le choix économique était-il en train de tuer le choix esthétique ?


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents